Mary Cassatt : une femme du XIXème siècle.


Son nom est peut-être moins connu que celui d'Aleksandra Shevchenko, pourtant Mary Cassatt est une des plus grandes figures féminines du monde. 

Citer des noms de femmes accomplies est un exercice relativement simple tellement elles sont nombreuses à présent. Citer UN nom d'une artiste peintre appartenant au courant impressionniste est un tout autre challenge...

Mary Cassatt est de ces femmes au destin tel que cela en fait rêver. Il est assez étonnant que ce destin n'ai pas inspiré plus de scénarios hollywoodiens, de romans ou de textes poétiques. 

Américaine puis française, exposée au Salon de Paris puis à l'exposition des peintres impressionnistes, alter ego d'Edgar Degas, décorée de la Légion d'honneur, inscrite au National Women's Hall of Fame mais oubliée de l'Histoire de l'art. Mary Cassatt a su se faire un nom dans un milieu où les femmes, encore actuellement, sont reconnues un temps pour mieux retomber dans un oubli quasi systématique. 

Son parcours ne rejoint pas celui des femmes aux destins extraordinaires tel que celui d'Amelia Earhart par exemple. Le destin de Mary Cassatt est d'un tel ordinaire et d'un tel commun que l'on pourrait se demander en quoi fût-elle si exceptionnelle ? La magie de sa vie repose en les réponses qu'elle offre à des questions auxquelles les femmes sont souvent confrontées...

Histoire de personnalité 

Qui n'a jamais lu des horoscopes stupides élaborés par les grands esprits travaillant pour Cosmopolitan ou encore des papiers - tout au plus des torchons - ayant vocation à "inspirer" la tenue, le langage et la posture d'une femme écrit par les lumières de Femmes Actuelles. 

De quoi faire retourner Mary Cassatt dans sa tombe. 

Elle n'était pas d'un physique avantageux parait-il. Elle aurait voulu être diplomate, elle aurait certainement échoué par son franc parler. Son père aurait préféré la savoir morte qu'artiste. Les débuts américains de Mary Cassatt sont loin d'être idéaux. Elle veut un pays dans lequel la femme est plus libre et moins enchainée au patriarcat si caractéristique de l'Amérique : "Donnez-moi la France !" dira-t-elle. Et la France lui revaudra cet amour

Elle s'installera à Paris en 1865 pour y recevoir une formation artistique. Elle découvrira alors la peinture impressionniste de Manet et de Courbet

Confiante, passionnée, franche et surtout américaine, il n'est pas nécessaire de préciser qu'elle évoluera de manière solitaire. Un caractère sulfureux qui lui vaudra sa réussite par la suite. Son investissement sans borne pour cet art tant marqué par l'homme surpris plus qu'il ne choqua à l'époque. Une telle détermination et un tel talent ne peuvent être ignorés longtemps de toute manière. 

Cette personnalité particulièrement farouche lui vaudra surtout l'amitié et la reconnaissance d'un des plus grands peintres du siècle...

L'amitié homme-femme

Par je-ne-sais quel procédé, l'être humain a cette capacité remarquable d'élaborer des raisonnements d'une telle stupidité qu'il est étonnant que nous soyons l'aboutissement d'une quelconque évolution. L'amitié homme-femme fait partie de ces raisonnements insensés qui nourrissent les magasines féminins depuis leur création faisant passer l'homme pour un être victime de ses hormones et la femme pour une proie victime des pulsions de l'homme. L'amitié entre ces deux là ne peut être la résultante que du concept de "friend-zone" à savoir, subir l'amitié de l'un ou de l'autre à défaut d'avoir plus (et là, je vous renvoie à la première phrase de ce paragraphe). 

Mary Cassatt et Edgar Degas c'est ce que l'on appelle un coup de foudre intellectuel et artistique. Impossible d'évoquer l'un sans l'autre tant leurs travaux sont liés. Une influence telle que le statut maitre-élève n'est même pas soulevé par les historiens. Il s'agit bel et bien d'une amitié sur un même pied d'égalité comme on en voit rarement dans des domaines tel que l'art. Une émulation artistique qui nous offre une dispute (au sens noble) picturale entre les deux artistes. 

Cassatt a toujours prôné que le style d'un tableau ne dépendait pas du modèle (elle avait plus de difficulté à trouver des modèles puisque certains lieux étaient réservés aux hommes tel que les coulisses d'un ballet par exemple) mais de la structure technique du tableau. Une affirmation validée tardivement par Degas qui reconnaitra à demi-mot son admiration pour Mary (notamment à travers un portrait qu'il fera d'elle).

Sacrifice ou choix

Avoir des enfants, ne pas avoir des enfants, n'est-ce pas le seul dilemme auquel devrait avoir à faire une femme de nos jours ? La réussite d'une femme est souvent assimilée à la notion de sacrifice. Sacrifice amoureux, sacrifice familial...La femme, pour réussir, a nécessairement sacrifié quelque chose qu'un homme n'aurait pas eu à sacrifier. 

C'est là que la figure de Mary Cassatt est imposante car on lui prêta longtemps ce rôle de sacrifiée. Elle fût surnommée la peintre des enfants et des mères. Un paradoxe pour une femme n'ayant jamais été mère. Or ses peintures ressassent autre chose que la simple beauté d'un enfant et d'une mère. Dans un premier temps, Cassatt peignait ses idéaux. Ici, pour elle, l'idéal était qu'une femme s'occupe elle-même de ses enfants et ne les laisse pas à une nurse comme cela était très courant à l'époque. Une idée extrêmement libérée par ailleurs dans ce contexte passé. Dans un second temps, la figure maternelle ne souri pas dans les tableaux. Cassatt dépeint ici la responsabilité immense qui incombe à une femme dès lors qu'elle est mère. 

L'analyse (rapide) de ses peintures peut être conclue de deux manières : soit Mary Cassatt peint ce qu'elle aurait aimé avoir. Soit Mary Cassatt peint ce qu'elle a choisi de ne pas avoir. Et c'est là toute la subtilité. Au terme sacrifice, Cassat répondait : "Rien n'ai plus éloigné de la vérité. J'ai vécu intensément ma vie de femme et j'ai peint ce que j'aimais." Elle ne cessa de clamer que sa carrière artistique est la résultante d'un choix et non d'un sacrifice mais elle était déjà précurseur dans bien trop de domaine pour que l'on lui accorde ce dernier. 


Mary Cassatt avait atteint une telle reconnaissance en France qu'il y a fort à parier que la popularité d'artistes (Renoir, Degas) aux Etats-Unis ont dépendu d'elle. Mary Cassatt, c'est la figure même d'une femme qui ne se bat pas mais qui obtient ce qu'elle veut en le prenant simplement. Et c'est un beau gâchis que sa mort est entrainée son oubli.

Pour en savoir plus

1) Mary Cassat (Wikipédia)
4) Edgar Degas et Mary Cassatt (film documentaire en replay Arte) 

Comptoir Incorrect

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram