Livre du mois : La fin de la démocratie


L'un des sujets qui tient occupé les grands esprits et ce depuis la nuit des temps se consacre à la forme de gouvernement capable de régir des milliers - des millions - de personnes. La démocratie a semblé être la réponse à ce questionnement. Or depuis peu, ce système ne semble plus rassasier les attentes des divers peuples qui subissent son joug.

Et si finalement la démocratie était loin d'être le système idéal ? Et s'il s'agissait d'un régime "illusion" ayant pour but de servir les intérêts d'un certain nombre mais certainement pas de la masse ? C'est la démonstration exposée par Christophe Buffin de Chosal dans son ouvrage La fin de la démocratie.

L'historien expose en 8 chapitres le développement "déviantiste" d'un régime jusqu'ici idéalisé par la moitié du globe.
Comparaison avec l'Ancien Régime et parallèle à un totalitarisme ambiant, la démocratie est remise en question sous divers angles.

Il ne s'agit pas ici de traiter un sujet philosophique mais bel et bien un sujet d'actualité. En effet, la démocratie n'a pas la cote ces temps. Remise en question par toute l'intelligentsia qui fait la pluie et le beau temps sur les questions socio-politiques, le concept même de démocratie - qui se présentait alors comme le remède contre tous les maux - semble désuet et perfectible. Un grand pas qui ne plait pas à tous. 


"La démocratie est un régime qui fonde ses décisions sur le nombre des voix, sur la quantité, et non sur la qualité." 

Alors même que les détracteurs de la démocratie sont perçus comme fascistes ou communistes, pourquoi réfuter l'idée que tous les concepts gouvernementaux n'ont pas été expérimentés ? Il y a fort à parier que les formes de gouvernement existantes jusqu'ici ne soient qu'un premier pas vers l'idée d'un système que l'on n'a pas encore. 

Aujourd'hui, la démocratie asservit le citoyen à une morale qui ne dépend que de la Loi. La notion de bien et de mal semble être mise à part au profit de notion telle que l'interdiction et l'obligation. Les Parlements sont les seuls qui font et défont ces lois à leurs grés renversant constamment la morale d'une année à l'autre. La complexification du langage juridique et politique est la démonstration même de l'isolation forcée que subi la "plèbe". 

Le déséquilibre et l'incohérence du gouvernement français à l'heure actuelle - qui perturbe fortement le citoyen sensible à cette ambiance négative dans tous le pays - peut être expliqué par cette illusion démocratique qui s'effrite peu à peu... 

Autant de questions qui - pour les plus curieux - méritent d'être posées (sans pour autant y adhérer) ! 

Pour aller plus loin

2) Maxence Hecquard, Les fondements philosophiques de la démocratie moderne. 
4) Christophe Buffin de Chosal, La fin de la démocratie. 

Comptoir Incorrect

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram