Dunkerque : Populariser l'histoire oui, mais à quel prix ?


La bataille de Dunkerque est peut-être moins connue que la bataille de Stalingrad - qui a déjà eut son film en 2001 -  elle n’en reste pas moins majeure dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. 9 jours, 38 000 morts et 34 000 prisonniers, c’est le prix qu’a payé l’opération Dynamo, la plus grande opération de secours organisée par la Royal Navy pour sauver 338 226 soldats. 

Les troupes anglaises mais aussi françaises, se retrouvèrent prises au piège par les troupes allemandes dans une poche de 11km de large à Dunkerque. Devant l’urgence de la situation (à savoir éviter le massacre de 400 000 soldats) la Royal Navy ordonne le sauvetage de ses hommes. L’opération Dynamo a la particularité d’être non seulement une opération maritime (avec intervention des little ships notamment) mais également terrestre (les soldats sont mobilisés pour éviter une percée allemande) et aérienne  (400 chasseurs et chasseurs-bombardiers se feront une guerre sans merci). 

Les tréfonds de la guerre, Dunkerque l’a bien vécu. Et c’est aujourd’hui cet évènement peu célèbre et pourtant déterminant quand à la suite de la guerre que le réalisateur Christopher Nolan (Interstellar, Batman trilogie, Mémento…) décide de mettre en lumière avec son dernier film « Dunkirk » (après l'excellent film d'Henri Verneuil traitant du même sujet Un week-end à Zuydcoote).
Des têtes d’affiches (Cilian Murphy, Tom Hardy), des surprises (Harry Styles) mais aussi des inconnus (Fionn Whitehead) viennent donner vie à des soldats héroïques que la mémoire contemporaine avait oublié. Une bataille qui va être explorée en trois temporalités par Nolan (un de ses thèmes favoris). Une semaine sur les plages dans l’attente de la rescousse, une journée sur un little ship - ces bateaux de plaisance ayant répondu à l’appel de la Navy pour sauver les soldats - une heure dans une cabine de pilotage d’un avion de la Royal Air Force contre la force aérienne allemande. 

"Les agents de Dunkerque sont bloqués dans leur esprit, façon Inception, n’ont pas de mémoire, façon Memento, n’ont plus de repères, façon Insomnia, sont soumis à la peur inhérente du temps, façon Interstellar, et n’ont rien d’héroïque, façon Batman dans sa trilogie, contraints, avant tout, de survivre, au-delà des préceptes moraux évoqués dans The Dark Knight" Konbini

Bref, cinématographiquement on a un grand film dont la qualité explose encore plus grâce à une bande son signée Hans Zimmer toujours dans les parages lorsqu’il s’agit de Christopher Nolan. Alors que certain prône qu'il s'agit du meilleur film de Nolan, d'autre sont plus mitigés évoquant l'absence des troupes françaises dans le scénario. 
En effet,  ils sont où les 38 000 français sans qui l’évacuation n’aurait pas été possible sans leur sacrifice ? 
Les anglais ont cette tendance irréversible à nous oublier très souvent quand il s’agit de conter les faits d’armes de la 2nd Guerre Mondiale. 
Et là, les médias français sont pas des plus "happy". 120 000 c’est le nombre de français qui seront évacués par les autorités britanniques, 38 000 c’est le nombre de français qui se seront littéralement sacrifiés en ralentissant le plus possible la percée des allemands et en permettant aux anglais de monter à bords des navires. Ce n’est pas ce qu’on pourrait appelé du détail dans la bataille. Néanmoins Nolan choisit un point de vue 100% anglais. Chose qu’on ne peut pas tellement reprocher à un réalisateur puisque la subjectivité fait partie du jeu. Cependant, quand on vient tourner sur nos plages, ces mêmes plages où nos soldats sont morts, il serait de bon ton de les incorporer dans le paysage non ? 

Cela n'empêchera pas le New York Times de clore cet épisode historique sur un ton des plus respectueux quant à notre cher Dunkerque : « Tant que l’on parlera anglais, le nom de Dunkerque sera prononcé avec le plus grand des respect. » 

Pour aller plus loin

1. Opération Dynamo
2. La critique du Figaro
3. 10 chiffres clés par Le Point

Comptoir Incorrect

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram